Faut-il différer l’injection de vaccin en présence d’une fièvre?

Nom de l'auteur

Lisa KTORZA

GeaP Pairform 86- thème nfections respiratoires

Question

Dans le cas [d’un syndrome fébrile chez l’enfant], si je fais [une injection de vaccin], est-ce que cela [acutise l’infection] ?

 

Scénario

un bébé de 3 mois qui présente une rhinopharyngite.. Les vaccins étaient à faire, le médecin les a reportés.

La discussion se porte sur la possibilité de faire ou non le vaccin en cas de fièvre

Stratégie de recherche

Termes utilisés dans la recherche:

 

Mots cles

recherche

Nbre références

Vaccination enfant fébrile

GOOGLE

832.000

Vaccination enfant fièvre

Doc'CISMeF

7

Immunization child fever

Tripdatabase

2 491

 

Conclusion

Les maladies bénignes avec ou sans fièvre ne constituent pas un obstacle à la vaccination 

L’efficacité du vaccin et le risque d’événements indésirables ne varient pas pour un enfant souffrant d’une maladie bénigne telle que la fièvre, le rhume, la diarrhée ou une otite.

 

En revanche, la réponse immunitaire de l’enfant peut, dans certains cas, être influencée

par la présence d’une autre infection plus sévère. (1)

 

Discussion - Niveau de preuves

Les critères de vaccination ou de non vaccination lors de maladies intercurrentes sont à définir individuellement (2).

- En cas de maladie aiguë grave, il est préférable d’attendre pour la vaccination. Ainsi, on évitera que les réactions secondaires de la vaccination s'ajoutent à la maladie sous-jacente ou bien que les manifestations de la maladie sous-jacente soient considérées à tort comme des complications de la vaccination. 

La vaccination peut être responsable d’un alitement pour indisposition. Mais en la retardant, on risque de manquer l’occasion de vacciner.

 

- Les maladies bénignes avec ou sans fièvre ne constituent pas un obstacle à la vaccination (3), (MÊME les vaccins à virus vivants atténués : rougeol/oreillons/rubéole/varicelle) 

 La réussite de la vaccination n’est, par ailleurs, pas compromise par des affections respiratoires, des otites moyennes ou des diarrhées infantiles

 

Par ailleurs, les convulsions fébriles causées par une vaccination sont très rares. Elles sont plus susceptibles de se produire le jour de la vaccination elle-même, en raison d'une augmentation temporaire de la température corporelle. Mais la plupart des convulsions fébriles proviennent de la maladie, pas la vaccination.(4)

 A noter que donner du paracétamol réduit la réponse immunitaire (5)

 

Sources

-        (1)  INPES: Guide des vaccinations, Édition 2012,Direction générale de la santé, Comité technique des vaccinations 

-        (2) Les vaccinations: recommandations générales -Juin 2003 Recommandations de l’Office fédéral de la santé publique (OFSP) et de la Commission suisse pour les vaccinations (CSV) 

-         (3)Administration of measles-mumps-rubellavaccination with other childhood schedule vaccines Timothy C Heath, Margaret A Burgess, Edward D O’Brien:  http://www.health.gov.au/internet/main/publishing.nsf/content/cda-cdi2208-pdf-cnt.htm/$FILE/cdi2208h.pdf 

-          (4) Sun Y, Christensen J, Hviid A, et al. Risk of febrile seizures and epilepsy after vaccination with diphtheria, tetanus, acellular pertussis, inactivated poliovirus, and haemophilus influenzae type b. Journal of the American Medical Association (JAMA). 2012; 307(8): 823-831.

-          (5) Therapeutics - Randomised controlled trial : Prophylactic paracetamol at the time of infant vaccination reduces the risk of fever but also reduces antibody response - Jason H Homme, Philip R Fischer http://ebm.bmj.com/content/15/2/50.full

-          HAS: RÉFÉRENTIEL D’AUTO-ÉVALUATION DES PRATIQUES EN PÉDIATRIE Vaccinations en pédiatrie -Aout 2005 http://www.has-sante.fr/portail/upload/docs/application/pdf/2010-11/vaccination_pediatrie_epp_referentiel_2005.pdf 

 

 

Date de validation par le groupe

16 Aout 2012

 

 

 

 

 

Des lignes directrices 

faites par les généralistes

pour les généralistes,

issues des programmes MGForm