Y a t'il un risque ostéoporotique lors de la prise répétée de corticoïdes en cures courtes ?

Nom de l'auteur

Isabelle Cibois-Honnorat

GeaP non connu

Question

Dans [le cas de prise répétées de cures courtes de corticoïdes oraux], faut il [envisager un traitement], pour [prévenir le risque ostéporotique ] ?

 

Scénario

Au sujet d'un homme de 72 ans, sous Solupred 80 mg

La question de la prévention du risque ostéoporotique ne se posait pas pour ce cas précis, mais le groupe a soulevé la question : On parle d'ostéoporose cortico-induite pour un traitement continu de plus de 3 mois quels sont les risques de la prise répétée de corticothérapie orale en cure courte, existe t'il une dose cumulée ?

 

Stratégie de recherche

Termes utilisés dans la recherche:

 

Mots cles

recherche

Nbre références

Corticothérapie ostéoporose

Google

78.300

Corticothérapie ostéoporose

Doc'CISMeF

14

 

Conclusion

Le risque fracturaire s’établit en trois mois après l’introduction des corticoïdes, perdure durant toute la durée du traitement, mais diminue rapidement à l’arrêt des corticoïdes.

Les cures courtes de corticoïdes ne nécessitent pas de prophylaxie de l'ostéoporose

 

Discussion - Niveau de preuves

Il n’y a pas de dosage dépourvu d’effets délétères au niveau de l’os . C’est la durée du traitement qui devra servir de base à la décision de prescrire ou non une prophylaxie.

 

Tous les auteurs s’accordent à dire que le risque fracturaire associé à la prise de corticoïdes est dose dépendant. Si le risque est certain à partir de 5 mg/j d’équivalent prednisone pour une durée de plus de trois mois, une grande étude épidémiologique de Van Staa et coll. a démontré que le risque est déjà présent avec une dose de  2,5 mg/j pour trois mois ou moins.

Ce risque fracturaire s’établit rapidement en trois mois après l’introduction des corticoïdes, perdure durant toute la durée du traitement, mais diminue rapidement à l’arrêt des corticoïdes.

 

Il est donc préconisé une prévention de l’ostéoporose cortico-induite, dès l’introduction des corticoïdes, si ceux-ci sont prévus pour une dose supérieure ou égale à l’équivalent de 5 mg/j de prednisone et pour une durée de plus de trois mois,ou dès qu’il existe une incertitude sur la durée de traitement

Pour tout traitement de corticoïdes ≤ 4 ans, le traitement ostéotrope ne sera interrompu que dans l’année qui suit l’arrêt de la prednisone, et non pas simultanément à l’arrêt des corticoïdes comme souvent pratiqué. Il est proposé de poursuivre le traitement au minimum six mois, idéalement douze mois. 

 

A noter que les bisphosphonates restent aujourd’hui les molécules de premier choix pour prévenir l’ostéoporose cortico-induite, à travers leur activité sur les ostéoclastes, et les seuls enregistrés pour cette indication

 

Sources

Prophylaxie de l'ostéoporose cortisonique : qui, quand et quoi ? Revue Médicale Suisse  Suisse  2010

 

- TRAITEMENT MEDICAMENTEUX DE L’OSTEOPOROSE CORTISONIQUE – RECOMMANDATIONS Afssaps http://www.grio.org/documents/rcd-8-1263310140.pdf - 2003

 

- A noter le WIKI-DPC  sur les facteurs de risque de l'ostéoporose: http://www.unaformec.org/wiki/index.php/Ost%C3%A9oporose:_Facteurs_de_risque_-_Diagnostic 

 

 

 

 

Date de validation par le groupe:

11/03/2014

 

 

 

 

 

Des lignes directrices 

faites par les généralistes

pour les généralistes,

issues des programmes MGForm