Quelle est l'utilité des anti-vertigineux ?

Nom de l'auteur

Lisa Ktorza – GeaP Beaune Oct 2011- Françoise

Question

Dans [un vertige secondaire à une névrite vestibulaire], faut il prescrire des [antivertigineux], pour [soulager le symptome] ?

 

Scénario

Homme de 30 ans, fièvre, rhume, vertiges: rhinopharyngite avec névrite vestibulaire

TRT d’une rhino; interêt des anti-vertigineux ?? 

 

Stratégie de recherche

Mots cles

recherche

Nbre références

intérêt antivertigineux

GOOGLE

1200

vertige

Doc'CISMeF

52

Vestibular Neuronitis

Trip Database

4



Conclusion

Dans le cadre d'une névrite vestibulaire, les anti-vertigineux peuvent être proposés dans les 24-48 premières heures (Acetyl leucine (Tanganil®) 2 à 7 amp/jour en IV direct)

 

Discussion - Niveau de preuves

En pratique ambulatoire, les trois causes les plus fréquentes des vertiges, représentant près de 90% des cas, sont le vertige paroxystique positionnel bénin (VPPB), principalement lié à une affection du canal semi-circulaire postérieur, la névrite vestibulaire (déficit vestibulaire unilatéral brusque idiopathique) et la maladie de Ménière

-          Le VPPB est la forme la plus fréquente de vertige périphérique.( Sensation vertigineuse brève, stéréotypée, avec facteur positionnel déclenchant). Cette pathologie peut survenir après un traumatisme cranio-cérébral mineur, une affection virale, une névrite vestibulaire, ou être secondaire à la prise de médicament, voire liée à une maladie de Ménière. L’origine reste idiopathique dans plus de 50% des cas. Les manœuvres libératrices de Semont et d’Epley sont les traitements de choix pour tout patient souffrant d’un VPPB.

En principe les antivertigineux ne sont pas recommandés.

 

-          La névrite vestibulaire survient en général dans le cadre d’une infection virale avec atteinte de la portion vestibulaire de la 8e paire crânienne. (Grand vertige rotatoire de début brusque, durant plusieurs jours, $ harmonieux à l'examen)

Les antivertigineux peuvent être utiles durant les 24-48 premières heures,. Au-delà, le traitement semble interférer avec la compensation cérébrale du déficit vestibulaire. Une réadaptation vestibulaire par physiothérapie, après la phase aiguë, peut également être bénéfique.

Les suisses utilisent une phénothiazine neuroleptique; 

La corticothérapie a été essayée avec des résultats mitigés

Les anti-H1 peuvent également être prescrits, mais pas de façon prolongée; Ils suppriment les réponses vestibulaires par un effet sur le système nerveux central, bien que leur mécanisme demeure inconnu. Les benzodiazéines (Diazépam:Valium®) ou le Lorazépam (Temesta®) inhibent les réponses vestibulaires, sans doute en potentialisant les inhibiteurs des récepteurs GABA.

Dans la plupart des cas, le cerveau compense rapidement. Ainsi, le traitement médical peut réduire les symptômes, mais prolonger la rémission.

 

-          La maladie de Ménière est associée à une dilatation du labyrinthe membraneux (hydrops endolymphatique) dont l’origine reste inconnue. (Les critères diagnostiques comprennent deux épisodes de vertige d’au moins 20 minutes chacun, une hypoacousie confirmée par un examen audiométrique et la présence d’acouphènes. L’évolution se fait par crises récurrentes et une surdité de perception progressive unilatérale s’installe touchant d’abord les basses fréquences.)

Le traitement est médicamenteux (diurétiques-hors AMM-, antiémétiques, anxiolytiques, immunomodulateurs, antihistaminiques et antibiotiques ototoxiques), voire chirurgical par section du nerf vestibulaire.

 

 

La HAS précise : Les médicaments antivertigineux ont une action symptomatique.

- Dans les épisodes aigus, le traitement médicamenteux repose sur l’acétyl-leucine par voie  intraveineuse. Si le vertige est lié à un hydrops labyrinthique (vertige de Ménière), un diurétique est utilisable (hors AMM).

- Dans les vertiges itératifs, en 1ère intention, le traitement médicamenteux peut faire appel

aux médicaments antivertigineux à base d’acétyl-leucine, de bétahistine et de méclozine.

La flunarizine (Sibelium®), du fait de ses effets indésirables, peut éventuellement être utilisée en

deuxième intention. (hors AMM).

 

Médicaments ayant l’indication “vertiges”:

- Acetyl leucine (Tanganil®)

- Betahistine (Serc®, Betaserc® , Extovyl®, Lectil®)

- Meclozine (Agyrax®)

- Piracetam (Nootropyl®, Gabacet®)

- Trimetazidine (Vastarel®): La trimétazidine a une place limitée dans la prise en charge du vertige; Pas d’intérêt en termes de santé publique

- Ginkgo (Tanakan®,Vitalogink®)

 

Sources

-          Julien Ombelli, Olivier Pasche, Jacques Cornuz, Raphaël Maire-  Syndromes vertigineux en pratique ambulatoire Rev Med Suisse 2009;5:2374-2380  http://rms.medhyg.ch/numero-227-page-2374.htm

-          HAS- commission de transparence – Trimetazidine – Avril 2007

-          HAS- commission de transparence – Ginkgo Biloba – Novembre 2011

-          Keith A Marill, MD; Chief Editor: Rick Kulkarni, MD  : Vestibular Neuronitis Treatment & Management http://emedicine.medscape.com/article/794489-treatment

-          Strupp M, Zingler VC, Arbusow V, Niklas D, Maag KP, Dieterich M. Methylprednisolone, valacyclovir, or the combination for vestibular neuritis. N Engl J Med. Jul 22 2004;351(4):354-61. [Medline].

-          Shupak A, Issa A, Golz A, Margalit Kaminer, Braverman I. Prednisone treatment for vestibular neuritis.Otol Neurotol. Apr 2008;29(3):368-74. [Medline].


 

Date de validation par le groupe

27/05/2012

modifié le 2/06/2012

 

 

 

 

 

 

Des lignes directrices 

faites par les généralistes

pour les généralistes,

issues des programmes MGForm