Quelle place pour l'aérosolthérapie en ORL?

Nom de l'auteur

Isabelle Cibois-Honnorat , GeaP Beaune, Louisa

Question

Dans [une affection ORL], l’[utilisation d’aérosols], est elle [référencée] ?

Scénario

Homme de  69 ans, connu vient pour la deuxième fois pour gêne pharyngée

- ATCD : tt cardio et pneumo + psy

A l’examen, gorge rouge ; pas d’antibiotiques ni de Mucomyst® : utiliser Gomenol®, ou Celestene® + serum phy

Stratégie de recherches

Mots cles

recherche

Nbre références

Aérosols ORL

GOOGLE

57 300 résultats

Aerosols ORL

Doc'CISMeF

6 résultats

Aerosol

Prescrire

80 résultats

Conclusion

L’aérosolthérapie peut être utilisée dans des indications ORL et pulmonaires.

La voix nébulisée doit toujours être comparée à l’utilisation d’aérosols-doseurs ou de poudres.

Seules 10 molécules ont leur AMM en aérosol. En ORL , seul Aromasol® et le Gomenol soluble®(Melaleuca viridiflora) ont une AMM.

Le mélange de médicaments dans un même nébuliseur n'est pas recommandé, et doit être réservé aux mélanges validés.

Discussion - Niveau de preuves

Un aérosol est une suspension d’une phase liquide ou de particules solides dans un gaz.

Réaliser un aérosol, c’est déposer dans les voies ORL ou respiratoires (selon la pathologie à traiter) de fines particules de produits médicamenteux.

 

Indications : 

La voix nébulisée doit toujours être comparée à l’utilisation d’aérosols-doseurs ou de poudres

Dans l’asthme aigü et les exacerbations de BPCOles Béta2 mimétiques en nébulisation sont aussi efficaces que par voie veineuse : rapidité d’action (5 à 10 min), effet puissant et  bonne tolérance

Dans les formes chroniques, les indications de la nébulisation ne sont pas codifiées
Elle reste la seule possible quand les autres modalités de la voie inhalées sont irréalisables en raison d’une incapacité physique (pathologie ostéo-articulaire évoluée, déficit moteur) ou « mentale » (démence, trouble de la conscience etc--).

Dans la mucoviscidosela nébulisation est indiquée pour obtenir une fluidifications des sécrétions (rh-DNase) ou traiter l’infection chronique à Pseudomonas (tobramycine ou colimycine).

En ORLla nébulisation peut être utile dans le traitement des états inflammatoires aigus ou chroniques des voies aériennes supérieures. (rhinites, sinusites, otites séreuses et otites chroniques).

 

 

Quel appareil choisir ? Les appareils pneumatiques sont adaptés à tous les types de solution, plus faciles à nettoyer, et moins coûteux que les autres appareils (ultrasoniques ou à membrane) ;

La taille des particules est un argument purement théorique, mais plus elles sont grosses, plus elles se déposent tôt sur la paroi (oropharynx, trachée, puis bronches). 

Des fonctions annexes peuvent être intégrées au générateur pour favoriser la pénétration de l’aérosol dans les sinus et les trompes d’Eustache: émission de vibrations sonores (effet sonique) ou émission de vibrations sonores avec surpression manuelle (effet manosonique)

 

Produits à utiliser :

Seules 10 molécules ont leur AMM dans ce type d’utilisation : salbutamol (Ventoline®) terbutaline (Bricanyl®) ipratropium( Atrovent®) budésonide (Pulmicort®) cromoglycate (Lomudal®) pentamidine (Pentacarinat®) rh DNase (Pulmozyme®) tobramycine(Tobi®) essence végétale (Gomenol®, Aromasol®)

Quel que soit le type de générateur choisi, on évitera les produits huileux, du fait d’un risque de pneumopathie lipidique (sauf l’Aromasol® et le Gomenol soluble® qui ont l’AMM), l’eau pure, les solutés hypotoniques et les préparations contenant des additifs potentiellement dangereux (sulfites), ainsi que les médicaments en mélange (provoquant un précipité). Ceci est souvent le cas des mélanges antibiotiques-corticoïdes.

On peut trouver quelques protocoles d’urgence dans la référence de Hugues Bertrand.

On peut trouver le mode de prescription sur les ordonnances dans la référence de la SPLF.

Les associations médicamenteuses pour la nébulisation doivent être évitées en dehors de l'association béta 2 mimétique + anticholinergiques (niveau de preuve I) ; L’humidification sera de préférence réalisée avec du sérum isotonique (méthode la plus prudente).

Le Gomenol®  est un produit à visée antiseptique et décongestionnant (C’est de l’huile essentielle de niaouli: dérivé terpénique qui peut abaisser le seuil épileptogène.)

L’Aromasol® contient des huiles essentielles (canelle, girofle, menthe poivrée, pin, lavande, romarin, serpolet) ; il contient aussi du propylèneglycol (peut provoquer des irritations cutanées), et des dérivés terpéniques 

 

Le volume à nébuliser dépend de la nature du produit et de la puissance de l’appareil.

Pour les broncho-dilatateurs le volume sera ramené à 5 ml environ (utiliser si besoin du sérum physiologique). Pour les antibiotiques, le volume peut aller jusqu’à 10 ml et même au-delà.

La durée d’une séance d’aérosol ne dépassera pas 10 mn chez l’enfant et 20 mn chez l’adulte

 

Sources

- Hugues BERTRAND, l’aérosolthérapie en médecine d’urgence: http://www.urgence-pratique.com/sites/default/files/medias/fichiers/articles/aerosoltherapie__aerosol.pdf

- L'aérosolthérapie : quelques points de bonne pratique Rev Prescrire 2008 ; 28 (294) : 281-284

- Société de Pneumologie de Langue Française-  Groupe aérosolthérapie GAT-form 2003 - http://www.splf.org/s/spip.php?article211

Roger Escamilla « Bonnes pratiques et indications de la nébulisation en médecine générale » http://www.dufmcepp.ups-tlse.fr/app_scom/scom_fichier/repertoire/091001111317.pdf

 

Date de validation par le groupe

13 Mai 2012

 

 

 

 

 

Des lignes directrices 

faites par les généralistes

pour les généralistes,

issues des programmes MGForm